Rechercher dans ce Blog

vendredi 9 décembre 2016

Votre chien vieillit

Vous avez peut-être remarqué quelques poils gris sur votre chien ou vous avez senti qu'il commence à ralentir un peu son rythme de vie, tout cela est parfaitement normal lorsqu'il vieillit.
Cela se produit généralement vers l'âge de sept ans, mais les grandes races et les races géantes peuvent présenter des signes de vieillesse un peu plus tôt que les petits chiens, qui vivent généralement plus longtemps et peuvent ne devenir des seniors que vers l'âge de huit ou neuf ans.
Des facteurs liés à leurs conditions de vie, comme le régime alimentaire, l'exercice physique et le passé médical jouent un rôle dans la durée de vie d'un chien senior, mais le plus important est de se rappeler que vos dernières années de vie communes pourraient faire partie des plus gratifiantes. Après tout, vous êtes tous les deux plus sages en plus d'être plus vieux !
Le confort à la maison
Tout comme nous, votre chien appréciera d'avoir un grand lit moelleux dans lequel il pourra s'installer confortablement, en particulier s'il souffre de douleurs articulaires. Placez son panier dans un endroit chaud et tranquille, à l'abri des courants d'air.
Veillez toujours à ce qu'il ait un bol d'eau propre à proximité afin qu'il n'ait pas besoin de le chercher et qu'il ne soit pas obligé de faire des allers-retours inutiles dans les escaliers.
Pendant les sorties, vous trouvez peut-être que votre chien senior n'est plus aussi agile qu'il l'était auparavant. Il peut avoir du mal à sauter pour monter et descendre de la voiture à cause de problèmes d'arthrite au niveau des articulations, vous devrez donc peut-être le porter s'il s'agit d'un petit chien ou prévoir une rampe si votre ami âgé est plus grand.
Activité et exercice
Éviter l'obésité est très important pour votre chien senior, car la prise de poids peut entraîner des problèmes médicaux. En plus de surveiller son régime alimentaire, vous devez veiller à ce qu'il pratique toujours une activité physique régulière. Votre vétérinaire pourra vous aider pour définir un régime alimentaire et un programme d'exercice physique adaptés pour votre chien âgé qui tiendra compte d'éventuels problèmes comme une arthrose.
Les habitudes au quotidien
En vieillissant, votre chien appréciera d'avoir sa petite routine. C'est important pour le bien-être physique, intellectuel et émotionnel de votre chien âgé.
Sens défaillants
Si vous pensez que l'ouïe de votre chien âgé n'est plus aussi bonne qu'elle ne pouvait l'être auparavant, essayez d'éviter toutes les situations dans lesquelles il pourrait être surpris. Par exemple, évitez de faire des bruits forts et brusques lorsqu'il est endormi. De même, si sa vue est mauvaise, veillez à ce que tous les membres de la famille sachent comment l'approcher doucement et tranquillement afin d'éviter tout risque de choc.
Soutien émotionnel
Rappelez-vous que personne ne rajeunit avec le temps, donc soyez gentil et patient avec votre chien âgé pendant qu'il s'habitue à ses changements physiques et mentaux.
En tant que propriétaire aimant, veillez à lui apporter les mêmes soins et la même attention qu'auparavant, ce sera tout aussi gratifiant pour vous.
Avec d'excellents soins vétérinaires et quelques changements dans vos habitudes quotidiennes, vous pouvez améliorer la qualité de vie de votre chien âgé pendant encore de nombreuses années à venir.

jeudi 8 décembre 2016

intelligence canine : votre chien vous reconnaîtrait-il il si vous vous déguisiez ?


Un chien domestique « garde » naturellement son « territoire ». C’est à dire qu’il signale tout individu qui pénètre dans l’endroit où il vit. La plupart aboient mais certains chiens ont des réactions variables en fonction de leurs émotions, de leurs apprentissages ou du contexte : par exemple, un chien peureux peut ne pas aboyer à l’arrivée d’un étranger si ses maîtres sont absents tandis qu'il le ferait si ses maîtres étaient présents ou inversement. Comment réagit le vôtre face à un inconnu ? Vous reconnaîtrait-il si vous vous déguisiez ?
On dit que l’intelligence d’un individu et notamment chez les animaux est principalement définie par ses capacités d’adaptation à des situations nouvelles et à des problèmes complexes. Il faut cependant nuancer ce propos car en effet, une maladie (des organes des sens notamment) un trouble comportemental ou encore un manque de motivation peuvent fausser une évaluation fondée sur un seul test, aussi complet soit–il… mais ce type d’exercice reste un bon moyen d’en apprendre plus sur votre animal de compagnie et parfois de déceler des troubles auquel vous pourrez remédier.

Testez-le !

Le test :


1. Sortez votre chien dans votre jardin ou enfermez-le dans une pièce où il a l'habitude d'être.

2. Couvrez-vous (chapeau, cape, couverture, lunettes, foulard ...) ou déguisez-vous (costume, masque ou maquillage…) !

3. Rentrez dans la pièce où votre chien attend ou rejoignez-le dans le jardin. Faites quelques pas vers lui et attendez une dizaine de seconde sans bouger.

Observez les réactions !

A. Votre chien ne vous reconnaît pas du tout ! Il aboie, il s'approche et vous flaire. Il lui faut 15-20 secondes pour vous reconnaître.

B. Il ne vous reconnaît pas et reste à distance. Au bout de 30 secondes il continue d'aboyer et grogne même. Accroupissez-vous et tapez sur vos cuisses, sans parler. Il finit par vous reconnaître, il remue la queue !

C. Rien à faire ! Il ne vous reconnaît toujours pas. Enlevez les accessoires qui couvrent votre tête. Tapez sur vos cuisses. Il vous reconnaît alors !

D. Rien à faire ! Il ne vous reconnait toujours pas. Retirez les accessoires qui masquent ou déguisent votre corps et appelez-le par son nom. Ouf ! Il vous reconnaît !

E. Dès que vous rentrez dans la pièce ou sortez dans le jardin déguisé, il vous saute dessus et vous fait la fête excité comme le serait un jeune chien.

F. Dès que vous rentrez dans la pièce ou sortez dans le jardin déguisé, il vous saute dessus en aboyant très fort et essaye de vous mordre !

Explications…


Réponse A : votre chien s'est servi de toutes ses capacités pour apprécier la situation. Il est prudent et adaptable.

Réponse B : votre chien a analysé vos mouvements pour vous reconnaître. Il a besoin de temps mais analyse bien la situation.

Réponse C : les modifications d’aspect physique trompent votre chien et l’empêchent de bien analyser les situations. Il est peu adaptable et a besoin de votre aide ou de temps dans une situation nouvelle .

Réponse D : les modifications d’aspect physique, même partielles trompent votre chien et l’empêchent d’analyser les situations. Il n’est pas adaptable et a besoin de votre aide ou de temps dans une situation nouvelle. Cette attitude est fréquente chez les chiens phobiques, anxieux ou tout simplement craintifs.

Réponse E : votre chien accueille tout le monde de la même façon. Il n'a pas un comportement d'adulte, s’il a plus d’un an, vérifiez avec votre vétérinaire que c’est un chien joyeux et qu’il n’a pas de trouble comportemental.

Réponse F : Votre chien a une réaction excessive et n’attend pas d’avoir des précisions autres que visuelles sur l’arrivée de visiteurs. C’est donc potentiellement dangereux pour votre entourage. Consultez votre vétérinaire, il est possible qu’il souffre d’un trouble du comportement.


Nb : bien évidemment si vous pensez que votre chien risque d’être agressif dans cette situation ou l’a déjà été avec des personnes connues habillées différemment de leurs habitudes ce test est déconseillé. Votre vétérinaire est l’interlocuteur privilégié si les réactions de votre chien vous inquiètent, parlez-lui en…
Vous avez fait le test ? Partagez votre expérience avec nous 
grâce aux commentaires ci-dessous!

mercredi 7 décembre 2016

Origines du chien : 12 000 ans en compagnie de l'homme


Origine du chien : le loupCertes, le chien peut paraître très jeune si on le compare au tyrannosaure qui vivait sur terre il y a 65 millions d’années ! Mais douze mille ans passés en compagnie de l’homme représentent tout de même une part importante de l’histoire des hommes et de l’animal.

Les premières découvertes

Les premiers ossements d’animaux ressemblant au chien tel que nous le connaissons aujourd’hui ont été trouvés en Irak et remontent à douze mille ans environ. On pensait que certaines races canines descendaient du loup, d’autres du chacal. Désormais, l’on sait que le loup est l’ancêtre unique des chiens domestiques.

L’ancêtre du chien

De nos jours, le loup et le chien ont l’air très différent : le loup est « méchant », le chien est bon ; le loup « dévore les moutons », alors que le chien les défend. En outre, comme les bergers allemands évoquent encore vaguement leurs lointains ancêtres, quelles ressemblances peut-on trouver entre un setter, un danois, un cocker et un loup ? Même si la première réponse qui vient à l’esprit est « rien », la vérité oblige à reconnaître que c’est « quasiment tout ».
Car, quelle que soit la race, le chien et le loup ont la même inclination instinctive pour la meute, ils remuent la queue de manière identique, hurlent, et geignent de façon similaire lorsqu’ils sont blessés. Et lorsqu’ils estiment « qu’ils sont chez eux », ils marquent leur territoire en levant la patte pour uriner. Mais alors, que s’est-il donc passé il y a douze mille ans ?

Quand tout a commencé…

Tout a probablement commencé lorsque l’homme primitif a trouvé un chiot au cours d’un de ses déplacements en quête de gibier. Il ne pouvait s’agir que d’un chiot, car l’idée de rapporter un grand et gros loup à la maison paraît plutôt saugrenue. L’on peut également supposer que le louveteau était orphelin, car aucune louve n’aurait permis que l’on emporte son petit sans réagir. L’on peut aussi supposer que l’homme devait penser qu’une fois que le chiot aurait grandi, il pourrait servir de repas au même titre que le gibier qui n’avait pas été chassé ce jour-là. Certes, le chiot a grandi, mais en lieu et place d’un dîner, l’homme a trouvé un ami.

Sauvé par amour

La seule explication plausible est qu’un membre de la famille se soit opposé à la mort du petit. C’est un rôle dans lequel on imagine mal le père, également mari et chasseur, peu présent à la maison et n’ayant pas le temps d’éprouver de l’affection pour un chiot ; en revanche, il semble possible que la femme fut convaincue par son fils qui ne supportait pas l’idée de manger son meilleur ami.
Sauvé par amour donc, le premier chien domestiqué a grandi et s’est rendu utile, en accompagnant son maître à la chasse, ou en montrant les dents aux étrangers. C’est ainsi que débuta l’histoire d’une amitié désormais indissoluble, qui vit le jour à la même époque et dans trois régions différentes : l’Asie, l’Afrique et l’Europe méridionale.

La domestication du chien

C’est en suivant l’homme que le chien aurait « émigré » dans le monde entier. Le passage de l’état sauvage à la domestication a produit des races très différentes.
Mais il ne faut pas croire pour autant que l’homme ait contribué à la production du danois et du basset en un seul jour ; en réalité, le processus fut très lent et progressif, et il a conduit à la sélection de caractéristiques utiles ou appréciées d’un point de vue esthétique.

Comment s’est faite l’évolution du chien

Observons les principales différences existant entre le chien et ses cousins sauvages.
Les oreilles tombantes. Inexistantes chez l’animal à l’état sauvage, elles caractérisent tous les chiots. Cette particularité s’observe sur les chiens de chasse et les chiens de garde, c’est-à-dire les premières races de chiens domestiques destinées à une « spécialisation ».

Les yeux foncés. Ils donnent au chien une expression plus douce, mais n’existent pas chez les animaux sauvages.
Le museau court. Il donne une expression « humaine » à la tête du chien. L’aboiement. Un animal sauvage adulte n’aboie pratiquement jamais, même s’il est parfaitement en mesure de le faire ; en revanche, tous les chiots sont de grands « bavards ».

L’aboiement était utile à l’homme à différents titres, entre autres pour signaler la présence de gibier ou prévenir de l’arrivée d’intrus.
Mais malgré ces quelques nuances entre lui et ses aïeux, le chien reste loup, il pense comme lui et a les mêmes instincts. En somme, si on le laissait faire, il est probable qu’il continuerait à manger des moutons avec beaucoup de plaisir.

mardi 6 décembre 2016

Pourquoi faut-il vermifuger son animal de compagnie maintenant ?




Le vermifuge qu’est-ce que c’est ?

Littéralement : vermifuge vient du latin vermis (ver) et de fuga (fuite) : faire fuir les vers.
Cette dénomination concerne généralement une classe de médicaments antiparasitaires qui permet de détruire et d’éliminer les vers parasites du tube digestif de votre animal de compagnie. Plus largement on classe aussi parmi ces médicaments des substances qui peuvent atteindre certains parasites du sang, des tissus lymphatiques, des tissus conjonctifs, du tissu pulmonaire ainsi que ceux qui occupent d’autres cavités que le tube digestif comme par exemple la vessie…


Quels produits utiliser ?


Selon l’espèce (chien, ou chat) il existe différents types de vermifuges dont des pâtes, des comprimés ou encore des « spot –on » sous forme liquide à répandre dans le poil au moyen d’une pipette.

Pourquoi le vermifuger maintenant ?

A minima, la fréquence est de deux fois par an pour un chat d’appartement.
Pour un chien, le risque d’infestation (d’être contaminé) est bien plus grand : la fréquence conseillée serait à chaque changement de saison.
Les parasites ou leurs œufs sont souvent rejetés dans les selles de votre animal, n’oubliez pas que beaucoup de ces parasites sont également contaminants pour l’être humain et que votre chien ou votre chat peut vous lécher après avoir léché son poil ou son anus…

lundi 5 décembre 2016

Le bien-être animal enseigné aux enfants



Une étude britannique menée au printemps par la RSPCA montre que 95% des professeurs estiment qu'enseigner le bien-être animal aux enfants les aiderait à avoir plus de compassion et à être plus responsables.

Même si ce rôle est dévolu aux parents, la RSPCA (Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals), une association de protection animale majeure au Royaume - Uni, est donc convaincue que les enseignants ont aussi un rôle essentiel à jouer pour développer l'empathie des enfants. Dans ce cadre, la RSPCA a élaboré des plans de cours associés au cursus scolaire Outre - Manche.

En outre, l'enquête révèle aussi que 70% des enseignants connaissent les cinq besoins fondamentaux pour le bien-être des animaux.

Sources : Le Point Vétérinaire - juin 2014

dimanche 4 décembre 2016

Nourriture : comment bien la conserver

La qualité de l'alimentation est un facteur important de la bonne santé des animaux de compagnie. Il est donc indispensable de la conserver correctement afin de préserver ses qualités nutritionnelles. Une condition de stockage inadaptée peut altérer la nourriture et affecter la santé de vos animaux.

Les conditions de stockage d'un aliment dépendent de son type, des ingrédients qui le composent, ainsi que des agents de conservation qu'il contient. En général, la nourriture sèche peut être stockée pendant plusieurs mois. Les aliments en boîte peuvent aussi être conservés pendant des mois, mais une fois ouverte, la boîte doit être consommée rapidement.

La conservation des aliments secs

La nourriture sèche, de type croquettes, a une durée de validité relativement longue et doit être stockée dans un endroit frais et sec. Une fois le paquet ouvert, vous devrez le garder dans un bac de stockage hermétiquement fermé ; l'humidité, l'air et la lumière ayant tendance à oxyder rapidement la nourriture. Pour palier à ce problème, la plupart des croquettes contiennent des agents de conservation synthétiques. Le sac peut donc être conservé plusieurs mois. Les aliments qui contiennent des agents de conservation naturels sont plus sains mais ont une durée de vie plus courte et doivent être consommés dans le mois qui suit l'ouverture.

La conservation des aliments humides

La nourriture en boîte doit aussi être stockée dans un endroit frais et sec. Une fois que la boîte est ouverte, elle doit être conservée au réfrigérateur et consommée dans les 2 jours. Là encore, vous devrez transférer le contenu de la boîte dans un contenant hermétiquement refermable. De plus, la nourriture humide ne doit pas rester à l'air libre si votre animal ne la mange pas instantanément. Elle va sécher, devenir moins appétante et s'oxyder.

L'utilité des containers de conservation

Nous l'avons dit, la nourriture sèche doit être conservée dans un container hermétique après ouverture de l'emballage. Une fois l'emballage ouvert, vous pouvez soit verser directement son contenu dans le bac, soit y placer le sac avec son emballage d'origine. Il est important que ces containers soient étanches à l'air ; son contact modifiant les qualités de l'alimentation. En outre, si le bac n'est pas correctement fermé, il peut être une cible idéale pour toute sorte d'insectes qui viendront y nicher et pondre leurs oeufs.

Bon à savoir

Les graisses contenues dans la nourriture réagissent aux changements de température, à l'exposition à l'air et à la lumière, conduisant à l'oxydation des acides gras essentiels et des vitamines. L'alimentation devient alors rance. L'ingestion de matières grasses oxydées augmente le risque de développement de cancers et du diabète.

L'humidité ambiante quant à elle, est absorbée par l'aliment et provoque le développement de moisissures. Si vous constatez des moisissures dans la nourriture de votre animal ou que celle-ci a été exposé à l'humidité, jetez-la. Certains champignons peuvent être toxiques pour eux.

Source : Dog Owner's Home Veterinary Handbook by Dr. Delbert G. Carlson and James M. Giffin / Vetinfo

samedi 3 décembre 2016

Developpez l'intelligence de votre animal

Developpez l'intelligence de votre animal L'intelligence d'un animal c'est aussi sa capacité à résoudre les problèmes et à prendre des initiatives pour se sortir d'une situation complexe. Cependant, pour résoudre un problème, il faut être capable de rester calme, d'analyser la situation et de choisir la meilleure option parmi celles qui se proposent.

Tous les animaux ne possèdent pas la même aptitude à prendre des initiatives. D'ailleurs, lorsqu'un chien est particulièrement dominé, il n'ose généralement pas agir, surtout en présence de son maitre. En revanche, un chien qui se sent dominant n'hésite pas à agir, évidemment sans demander l'autorisation à son maitre. Cette capacité de prise d'initiative et de résolution de problèmes peut être favorisée et potentialisée lors de l'éducation. Un chien-guide d'aveugle par exemple doit savoir prendre des initiatives et rester un chien non dominant.

L'agilité est synonyme de vivacité, d'aisance, de rapidité et de souplesse. Certains chiens et chats sont plus agiles que d'autres, en raison d'abord de leur physionomie : vous ne pouvez pas demander la même chose à un Bouledogue anglais et à un Caniche moyen. Ensuite, certains se servent plus ou moins bien de leur corps.

C'est pourquoi, depuis 1990 Nina Ottosson développe des jeux interactifs d'activation pour animaux, dont la gamme Zoo Active conçue pour stimuler leur cerveau tout en renforçant le relationnel avec leurs maîtres. Chaque modèle possède un mécanisme unique qui nécessite réflexion et dextérité. Le but de ces jeux est d'aider à prévenir et à réduire les problèmes de comportement et les problèmes de poids, renforce le lien entre l'homme et l'animal et éviter l'ennui, en relevant les défis afin d'obtenir des récompenses.

Par exemple pour relever les défis de ces jeux, certains utiliseront leur museau pour renverser ou soulever les blocs, d'autres leurs mâchoires pour les prendre et les déplacer, et d'autres enfin leurs pattes pour les pousser ou les soulever.

Une chose est sûre : si leurs efforts sont récompensés, ils utiliseront le même procédé la fois d'après lorsqu'ils se retrouveront dans la même situation.

La philosophie de Nina Ottosson est que les animaux ont quatre pattes et une tête, et qu'ils doivent avoir une activité à la fois physique et mentale. Les jeux et jouets Zoo Active sont donc conçus pour faire travailler l'animal à la résolution de problèmes, de différentes manières, afin de trouver des friandises cachées. Par exemple en soulevant ou en poussant des blocs, en faisant tourner des disques, etc.. Le but de ces jeux est de renforcer le lien entre l'animal et son maître de manière simple et amusante, mais également d'aider au processus d'apprentissage de l'obéissance dans un moment de plaisir et positivisme.

Les jeux Zoo Active peuvent être utilisés par presque tous les animaux : chiens et chats de toutes tailles, perroquets, lapins, furets, cochons nains, singes, lémuriens, iguanes, et animaux de zoo.

Alors qui les a déjà essayé ?

Sources : www.nina-ottosson.com / Testez l'intelligence de votre chien du Dr Valérie Dramard